Colloque « Langue bretonne, langues minorisées : avenir et transmission familiale »

Colloque international universitaire

« Langue bretonne, langues minorisées : avenir et transmission familiale »

Vendredi 23 et samedi 24 novembre à Lorient - Université Bretagne Sud

Le Conseil culturel de Bretagne et l’Université Bretagne Sud organisent pour la première fois un colloque scientifique sur la transmission familiale des langues minoritaires, seul vecteur capable d’assurer la pérennité de toute langue, selon toutes les études sociolinguistiques.

« C’est la première fois qu’un colloque scientifique sur la transmission familiale des langues est mis en place en Bretagne », annonce Bernez Rouz, Président du Conseil culturel de Bretagne.

Objectifs du colloque

Ce colloque, organisé par l’Université Bretagne Sud et le Conseil culturel de Bretagne, assemblée consultative du Conseil régional de Bretagne, a pour ambitions de :

> dresser un état des lieux de la transmission familiale à partir des exemples de plusieurs langues minorisées d’Europe Occidentale ;

> démontrer l’importance de la transmission familiale pour la pérennité de la languebretonne et des langues minorisées ;

> proposer des outils aux élus pour favoriser sa prise en compte dans les politiques publiques.

Intervenants

Le colloque accueillera sous forme d’interventions plénières ou de tables rondes, des intervenants des Universités de Cardiff (Pays de Galles), de Galway (Irlande), d’Edimbourg (Ecosse), de Barcelone (Catalogne), de la Sorbonne (Paris) et Rennes 2 (Bretagne) ainsi que des acteurs culturels travaillant pour la transmission et l’enseignement de la langue bretonne (voir programme prévisionnel joint).

Retour sur 100 ans de transmission du breton

À partir des années 1920, la transmission familiale du breton commence à se contracter fortement. Au début des années 1950, 2 à 3 % seulement des parents brittophones transmettent le breton à leurs enfants. En parallèle, différents phénomènes entravent sa transmission : absence d’enseignement, de diffusion à la télévision, et exode rural massif.

La création, en 1977, du réseau des écoles associatives Diwan (« le germe »), où l’enseignement est dispensé en breton, constitue un acte fondateur. Les effectifs progressent : plus de 4 300 élèves y sont scolarisés de la maternelle jusqu’au baccalauréat en 2017-2018.

D’autres réseaux d’enseignement bilingues se sont mis en place, dans l’enseignement public en 1979 avec Div Yezh Breizh (« deux langues »), et dans l’enseignement privé catholique avec Dihun (« l’éveil »), en 1990. Ces deux réseaux cumulent plus de 13 000 élèves en 2017-2018.

Des actions dans la sphère de la petite enfance ont vu le jour depuis avec notamment Divskouarn (« deux oreilles ») et Babigoù Breizh (« bébés bretons »).

L’ensemble de ces organisations sont vitales pour faire le lien entre les milieux familial et scolaire.

Au milieu des années 1980 des structures associatives ou coopératives d’enseignement du breton aux adultes comme Stumdi, Roudour, Skol an Emsav sont créées. Elles forment des brittophones qui ont pu faire du breton la langue familiale. Ces nouveaux apprenants transmettent en effet à leur tour la langue bretonne à leurs enfants. Ils sont un élément primordial de la chaîne de la transmission.

Contacts presse :

Immaculada FÀBREGAS : 06 65 26 67 28

Bernez ROUZ : 06 37 14 13 06

Ouvert à tous sur inscription : conseil.culturel@bretagne.bzh

02 99 27 18 30

| |

Conseil culturel de Bretagne | Kuzul sevenadurel Breizh

Voir en ligne : http://www.bretagne.bzh/conseil-culturel

DeiziataerTous les événements

Navigation